Témoignage d'Estonie n°6

Publié le par Stephandero

"Au début, je me sentais un peu déstabilisée, je ne comprenais pas un mot de la langue finno-ougrienne qu’est l’estonien, le caractère nordique froid me faisait un peu peur et le vent glacé de la mer de l’Est me soufflait dans la nuque. A ce moment là, j’étais très heureuse d’être dans ma famille d’accueil chaleureuse: le petit frère qui m’apprenait patiemment l’estonien, la soeur que j’avais toujours souhaitée, la mère qui m’amenait à tous les endroits que l’on pouvait visiter, et le père qui quittait toujours la route pour aller dans la forêt dès que la saison des champignons avait commencé. Il ne m’a pas fallu de temps pour comprendre la nature des Estoniens: ils vivent tranquillement et confortablement. C’est justement ce confort que j’ai beaucoup apprécié, car il leur donne une spontanéité qui elle a son tour donne vie à des fêtes joyeuses. Les Estoniens se sont révélés être de joyeux lurons, qui résistent à l’hiver avec des séances de sauna quotidiennes, et qui profitent de l’été en allant camper près des lacs innombrables et en faisant des grillades sous le ciel étoilé.

J’ai également beaucoup apprécié tous les moments passés dans des cafés avec des amis, où nous faisions des plans pour visiter ceci ou cela: nous voulions apprécier la nature qui se réveillait, les forêts et les lacs. Dès que la mer a dégelé, nous sommes partis en bateau sur les îles, en Finlande et en Lettonie voisines. Plus les

jours rallongeaient, plus nous faisions la fête jusqu’à tard le soir, une fois dans la ferme d’un membre de la famille, une autre fois dans la villa d’une connaissance, jusqu’au jour le plus long, où nous n’avons pas dormi de la nuit: nous avons essayé de sauter par-dessus le feu de la Saint-Jean pour nous porter chance pour l’année à venir; nous avons mangé, bu et dansé jusqu’au premier élan qui est apparu à l’aube."

(une jeune étudiante allemande)

Publié dans culture

Commenter cet article