Site estonien: le lac Peipsi (Partie 1: son bassin versant)

Publié le par Stephandero

Le lac Peipsi jouit d'une situation remarquable et son écosystème est riche. Mais le lac Peipsi, c'est aussi des hommes, estoniens, russes et lettons installés sur les berges du lac ou au bord des cours d'eau qui l'alimentent. On distingue trois usages principaux pour le lac : la pêche, de loin le premier, les usages récréatifs, liés notamment au tourisme et la production d'eau potable. Et comme toujours, il s'agit de trouver un équilibre entre les différentes utilisations de l'eau.
Trouver l'équilibre... facile à dire ! Moins facile à mettre en place, surtout quand la gestion doit se faire avec la concertation de deux pays. Encore moins facile quand ces deux pays sont l'Estonie et la Russie.

Peipsi est le nom estonien, tandis que son nom russe est Chudskoe (ce qui signifie le lac chez les « Chudes », c'est-à-dire les « gens étranges » en slave, nom donné au milieu du premier millénaire lorsque les slaves ont rencontré les tribus finnoises).

Le lac Peipsi est le plus grand lac transfrontalier en Europe et est au quatrième rang en terme de superficie. Il est situé sur la frontière entre l'Estonie et la Russie, au sud du golfe de Finlande.

La superficie du bassin versant (réparti entre la Russie (60%), l'Estonie (34%) et la Lettonie (6%)) du lac Peipsi est de 47 800km², soit environ un dixième de la France. Le bassin versant est occupé par les forêts (40%), les zones agricoles (42%) les marais et autres zones humides (6%), le lac (6%), et enfin les routes et les villes (6%). Il contient, outre le lac Peipsi, 4500 lacs de moins d'1km², et le lac Vortsjärv de 270km².
Les différentes activités agricoles sont l'élevage, la culture de céréales, de concombres ou encore de tomates. Mais certains propriétaires n'ayant pas un revenu suffisant de leur terre vendent le bois des forêts qu'ils possèdent.

La bassin versant compte au total 1 million d'habitant, avec une densité de 24hab/km² dans certaines zones contre 11hab/km² notamment sur la cote est. Environ 27 000 personnes vivent sur la rive estonienne du lac. Les villages de pêcheurs en bordure du lac sont apparus aux XV° et XVI°s. Du côté russe, on trouve essentiellement... des russes. Du coté estonien, de nombreux russes vivent en bordure ouest du lac. Ce sont souvent les descendants de russes ayant migré au XVIII°s. suite à la réforme de l'église orthodoxe. Au sud est du lac vivent les membres de la communauté Setu, qui ont leur propre langue et leurs coutumes très présentes même s'ils ne sont plus qu'un peu plus d'un millier. A l'indépendance et par le suite lorsque la position de la frontière a été définie, la communauté Setu s'est trouvée séparée, une partie se retrouvant en Estonie l'autre en Russie. Même si des facilités leur sont accordées pour les visas, il leur est difficile de se réunir.

Les trois principales villes du bassin versant sont Pskov en Russie, avec 204 000 habitants (l'agglomération en compte 427 000), Tartu en Estonie avec 98 000 habitants et Ostrov, en Russie, avec 72 000 habitants.

Publié dans culture

Commenter cet article