Les Petits francophones de Tallinn (2)

Publié le par Stephandero

En novembre dernier, j'avez écrit un article sur l'association « Les Petits Francophones » qui avait pour objectif de réunir les enfants de Tallinn connaissant le français ( Les Petits francophones de Tallinn ). Voici quelques nouvelles fraiches (source: lefrancofil.com):


photo2010-01-23t131226-000018.jpgLe 23 janvier dernier, l’Association fêtait son premier anniversaire. Cette association a été créée pour gérer une structure d’enseignement française en Estonie. Il faut dire que l’Estonie contrairement à tous ses voisins ne disposait pas d’école française avec un enseignement reconnu par le ministère de l’Education de France. Sous l’impulsion de plusieurs parents, c’est désormais chose faite ! Soulignons dans ce projet l’implication du nouvel Ambassadeur de France en Estonie, Frédéric Billet, qui depuis son arrivée a permis d’accélérer le processus du développement de l’école.


Créer une école française en Estonie et contrairement à ce que certains pourraient croire, a plusieurs vocations : fournir une structure scolaire aux enfants d’expatriés de pays francophones mais aussi aux Estoniens désireux d’intégrer leurs enfants dans un cursus français. En effet, de nombreux fonctionnaires d’Etat en Estonie ont un parcours qui les mène vers des pays francophones tels que la Belgique ou la France. Et c’est bien pour cette raison que d’intégrer leurs enfants dans une école française a pour eux un grand intérêt. Ainsi l’enseignement, dispensé en français et reconnu par la France, permet une adaptation plus facile dans les structures des pays francophones et limite ainsi les difficultés de l’expatriation. Idem pour les francophones qui peuvent grâce à cette nouvelle structure ne plus voir l’éducation de leurs enfants en Estonie comme un frein à leur expatriation.

Troisième vocation d’une telle structure, le cas d’enfants issus de couples mixtes. Ceux-ci intégrés dans des écoles estoniennes ne pratiquent que peu le français. La nouvelle école française leur permet ainsi de parler, lire et écrire parfaitement le français.

Autre point clé dans le développement de cette école, la volonté du ministère de l’Education et plus généralement du gouvernement estonien, d’accueillir dans l’avenir l’une des agences européennes. Mais pour cela, le ministère de l’Education en Estonie doit proposer aux futurs expatriés venant de toute l’Europe des structures scolaires adaptées à leurs enfants. Le ministère apporte donc un soutien très appuyé au développement de cette école.


19-dec-031.jpgDepuis janvier, dernier « Les petits francophones » se sont installés au Collège anglais (English College), lycée d’Etat en Estonie, qui a bien voulu prêter ses locaux. 2 à 3 fois par semaine après 16 h et le samedi, une enseignante, détachée pendant 6 mois en Estonie par l’Association A.G.I.R. (www.association- agir.org), encadre les enfants. Les soirs de semaine, ce sont 8 enfants estoniens et 4 enfants français, tous scolarisés dans différentes écoles locales durant la semaine, qui suivent en plus une scolarité française via les cours du CNED (Centre national d’enseignement à distance). Leur cursus français en Estonie leur permettra ainsi de réintégrer le système français si leurs parents venaient à être mutés dans un pays francophone. Il est important de souligner qu’aucune autre structure en Estonie ne permet cela.


L’écueil de nombreuses écoles françaises à l’étranger est souvent de ne pouvoir offrir que le diplôme français. C’est le cas en Finlande par exemple, où l’Ecole Jules Verne ne prépare pas au baccalauréat finlandais mais seulement au baccalauréat français. Une école française qui n’a qu’un seul débouché en termes de diplôme ne peut qu’avoir des effectifs limités. C’est pour cela que dans la perspective du développement de l’école française de Tallinn, l’Association a pour objectif de mener les élèves à la fois au diplôme français mais aussi au diplôme estonien. C’est d’ailleurs un grand enjeu de créer des structures en Europe qui facilitent la mobilité à la fois des enfants mais aussi des parents. Un pays qui se dote de telles structures donne une chance supplémentaire à ses entreprises de se développer à l’étranger en pouvant ainsi expatrier ses meilleurs cadres.

Pour l’école française de Tallinn, la première étape a maintenant été réalisée, il faut désormais passer à la deuxième qui est de pérenniser le travail déjà accompli et de continuer à développer l’école. Les créateurs de l’Association « Les Petits Francophones » souhaiteraient tout d’abord créer un jardin d’enfants francophone. Pour cela, l’association a besoin de ses propres locaux. Un petit coup de pouce de la municipalité de Tallinn serait le bienvenu. A bon entendeur !

http://lespetitsfrancophones.ee

Publié dans culture

Commenter cet article