L'Estonie adopte son budget 2010

Publié le par Stephandero

280018t55h9dc7.jpgL'Estonie frappée par la crise a voté mercredi sa loi de finances pour 2010 et prévoit un déficit des finances publiques de 2,8% du PIB, sous la barre de 3% fixée pour les candidats à l'euro que ce pays balte espère adopter en 2011.
"L'Estonie remplit probablement déjà les critères indispensables pour rejoindre la zone euro. Mais pour assurer la stabilité financière, notre objectif est d'arriver rapidement à un excédent budgétaire dans les années suivantes", a déclaré le ministre des Finances Jurgen Ligi.
Les recettes du budget de l'Etat l'an prochain doivent se chiffrer à 84,5 milliards de couronnes (5,4 milliards d'euros), en baisse de 2,4% par rapport à 2009. Les dépenses s'élèveront à 89,7 milliards de couronnes (5,7 milliards d'euros).
Le déficit pour 2010 de l'ensemble des finances publiques, c'est-à-dire des pouvoirs publics y compris des collectivités locales, est estimé par le ministère des Finances à 5,8 milliards de couronnes, soit 2,8% du PIB.
Après quelques années de croissance soutenue, l'Estonie a vu son PIB chuter de 3,6% en 2008. Les autorités prévoient une contraction du PIB de 15,3% cette année, alors que la déflation s'est poursuivie en novembre, avec une baisse des prix à la consommation de 2,1% en glissement annuel, après -2,2% en octobre et -1,6% en septembre.
Le Commissaire européen chargé des Affaires économiques Joaquin Almunia a toutefois estimé récemment que ce pays de 1,3 million d'habitants serait capable d'adopter l'euro en 2011.
"Pour 2011, il y a un candidat potentiel: l'Estonie. Ce pays a énormément avancé sur le respect des différents critères", a souligné M. Almunia, précisant qu'aucun pays ne devait passer à l'euro en 2010. "Si tout se passe bien, nous pourrons donner notre feu vert en juin 2010", a-t-il précisé.

La situation parait si belle vue de l'exterieur...le gouvernement atteindra probablement son objectif de rejoindre la zone euro mais à quel prix pour la population...

Publié dans Faits divers

Commenter cet article