Inquiétude de l'Estonie concernant le gazoduc Nord Stream

Publié le par Stephandero

Les Premiers ministres des trois pays baltes ont de nouveau fait part de leurs inquiétudes sur la construction du gazoduc germano-russe Nord Stream sous la mer Baltique après l'accord de la Suède et de la Finlande au projet.

Le projet inquiète autant les groupes de défense de l'environnement, qui se pose la question de son impact sur la mer Baltique, que certains pays comme la Pologne, l'Ukraine et les Etats baltes, qui voient dans ce projet une menace à leur sécurité énergétique.

"Notre gouvernement est sceptique (...). Malheureusement nous n'avons aucun moyen légal pour empêcher ce projet," a déclaré le Premier ministre lituanien, Andrius Kubilius, lors d'une conférence de presse après une réunion des Premiers ministres baltes.

Son homologue estonien, Andrus Ansip, a dit que son pays restait inquiet quant aux effets sur l'environnement mais faisait "confiance à ses partenaires scandinaves", tout en ajoutant "pour être honnête, je n'aime pas ce projet".

Le Premier Ministre letton, Valdis Dombrovskis, dont le pays est le moins critique, a pour sa part jugé que le projet n'était pas "conforme avec les objectifs de politique énergétique commune de l'Union Européenne".

Varsovie craint de son côté que ce projet permette à la Russie d'interrompre ses approvisionnements vers la Pologne sans que cela n'affecte l'Allemagne laissant les Polonais seuls face aux Russes en cas de conflit.

Nord Stream, dans lequel participent le russe Gazprom, et les allemands BASF et E.ON, a annoncé que la construction du gazoduc devrait débuter en avril prochain et qu'il deviendrait fine 2011.

Pour Andrius Kubilius, ce projet rend davantage nécessaire pour les Etats baltes le développement de voies d'acheminements alternatives de gaz.

Les trois Premiers ministres baltes ont en l'occurrence redit leur intérêt pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire en Lituanie. Ils cherchent pour cela un investisseur stratégique.

Après l'accord du Danemark en octobre, la Finlande et la Suède ont autorisé jeudi la construction du gazoduc sous leurs eaux territoriales.

Un porte-parole de Nord Stream a indiqué que l'Allemagne et la Russie devrait se prononcer d'ici à la fin de l'année.

Publié dans Faits divers

Commenter cet article