Site estonien: Narva, la mal aimée

Publié le par Stephandero


Dans un pays marqué au fer rouge par les relations tendues entre estophones et russophones, Narva, ville frontière avec le géant russe, ne brille pas par sa bonne réputation. Ville peu sûre, ville sinistrée, si cette cité de 70 000 habitants donne parfois raison aux mauvais esprits, elle recèle bien des trésors pour les visiteurs curieux.

A 210 km de Tallinn, à 14 km de la Baltique sur le fleuve du même nom, Narva est une des frontières de l'Union européenne avec la Russie. Pour arriver dans le fief des russophones d'Estonie, on emprunte une route unique, rénovée d'ailleurs grâce aux fonds européens, comme le rappellent régulièrement d'immenses panneaux disposés sur la chaussée. L'impatience me tenaille. Soudain, Narva apparaît enfin sous mes yeux. Narva, cette ville décriée, que l'on m'a plus d'une fois déconseillée durant mon séjour estonien. Nettement inférieure à celle de Tallinn, la température frôle les –15° comme si la nature même s'acharnait sur les habitants de l'est de l'Estonie. Olga Granskowa est installée depuis 1988 dans une des nombreuses barres de Narva, vestige du récent passé soviétique. Les immeubles s'observent dans une chorégraphie si typiquement seventies. A priori, rien ne semble différencier le quartier de nos banlieues françaises. A peine le bitume martyrisé par le climat et donc parsemé d'énormes nids-de-poule, rappelle à l'étourdi sa présence dans le nord de l'Europe. Et le manque d'entretien rend évident les difficultés économiques de la troisième ville du pays touchée par un important chômage et quelque peu oubliée par le gouvernement installé à Tallinn. Née en Estonie, Olga, 45 ans, a grandi en Russie. Sans nostalgie de l'époque soviétique, elle dresse un constat évocateur : «Je vis bien ici. L'indépendance n'a rien changé. En fait, le changement a été minime. Tout se passe bien avec les Estoniens. Et pour cause, il n'y en a pas...» Son seul regret ? Les nouvelles contraintes imposées pour franchir la  frontière.

article complet

Publié dans culture

Commenter cet article

francais en Estonie 17/09/2009 11:08

malheureusement toute la vieille ville a été détruite pendant la guerre. Seuls restent le chateau et... la statue de Lénine ! :o