L'Estonie et la Waffen-SS

Publié le par Stephandero

Cet article peut paraitre choquant pour certains lecteurs mais cela fait parti de l'histoire de l'Estonie....mais, nous Francais, sommes-nous vraiment en mesure de dire quoi que ce soit et donner des leçons?

Le territoire estonien fut occupé par les Allemands dans les premiers mois de l’opération Barbarossa en 1941. Après l’invasion de l’armée rouge en 1940, les Estoniens accueillirent les Allemands comme des libérateurs.
Bien que ne prenant pas en compte les aspirations independantistes, la politique d’occupation allemande en Estonie fut plus douce que dans les autres Pays de l’est. La réouverture des écoles, de l’Université fut autorisée ainsi que celle des musées, et même la propriété privée, abolie sous le précédent régime soviétique, fut rétablie.
De plus les autorités militaires allemandes autorisèrent tout de suite la formation de troupes locales pour la sécurité nationale et la lutte contre les partisans. Le recrutement fut géré par toutes les organisations militaires allemandes y compris la Waffen-SS. Le 28 août 1942, le Commissaire Général Litzmann annonça la formation de la Légion Estonie (Est Légion), une unité de volontaires qui devait combattre aux côtés des Allemands dans la lutte contre les Russes, à l’exemple d’autres légions européennes, sous l’égide de la Waffen-SS.
La campagne d’enrôlement, après un début prometteur, ne produisit pas les résultats espérés et il fut donc nécessaire, pour augmenter les effectifs, de recourir au transfert forcé de nombreux éléments appartenant aux
bataillons de police estonienne.


A la fin décembre 1943, la Brigade SS fut renforcée d’un nouveau régiment formé des volontaires de deux bataillons de volontaires estoniens de la Wehrmacht, le 658ème et le 659ème.
Le 658ème Bataillon se trouvait sous les ordres du Major Alfons Rebane. Durant l’occupation soviétique du pays, il avait été l’un des fondateurs du mouvement nationaliste "les Frères de la forêt" et l’un des premiers volontaires estoniens à s’enrôler dans l’armée allemande.
Le 24 janvier 1944 naquit officiellement la nouvelle division SS estonienne, désignée comme 20ème Waffen Grenadier Division der SS (Estonische n°1).
Pour les volontaires estoniens fut créé un écusson particulier, représentant le bras d’une armure brandissant un glaive avec la lettre E dans le pli du bras (emblème que l'on retrouve sur la croix du monument fraichement construit place de la Liberté à Tallinn). A cette première version créée par des Estoniens fut substituée peu après une nouvelle version créée par des Allemands, présentant une lettre E avec un glaive superposé.
Les volontaires estoniens refusèrent cette variante et reprirent la première version avec quelques modifications de détails.
Les volontaires estoniens, rescapés des combats menés avec la Division SS Viking, conservèrent l’écusson standard de la Waffen-SS avec les doubles runes. Le bataillon estonien Narwa fut détaché de la Division SS Viking, réorganisé comme 20ème SS-Schützen Bataillon (bataillon de fusiliers) et agrégé à la 20ème Division SS Estland.
Sur l’uniforme SS et précisément sur le bras gauche, sous l’aigle national-socialiste, les volontaires portaient un écusson aux couleurs estoniennes, bleu, noire et blanche disposées en bandes horizontales.

En 2002, une condamnation mondiale force l’enlèvement d’un monument dédié a la 20ème Division SS bâti près de la ville estonienne de Pärnu. L’inscription "A tous les soldats estoniens tombe pendant la 2ème guerre mondiale pour la libération de la patrie et pour une Europe libre en 1940-45" était la cause de la controverse car jugée antisémite.

En octobre 2008, Un vétéran de la 20e division SS, Harald Nugiseks, 87 ans, le dernier des Estoniens en vie décorés de la Croix de Chevalier de la croix de fer, s'est vu décerner la médaille de la « Reconnaissance du peuple estonien »

Deux petites ONG, le « Club des amis des légionnaires SS d'Estonie » et la « Première colonne indépendante », qui ont collecté 54 000 couronnes (environ 5 000 dollars) pour la confection de cette médaille, ont organisé cette cérémonie.

Aje Saar, représentant de la « Première colonne indépendante », a noté dans son intervention « que les combattants de la liberté de l'Estonie, sous l'uniforme d'un autre État et sous son commandement, sont restés fidèles au peuple estonien et ont livré bataille pour l'Estonie ». L'ancien membre des SS ne possède aucune décoration officielle même si cela avait été à plusieurs reprises proposé.

Publié dans histoire

Commenter cet article

Normandie-Niemen 30/08/2010 01:13



Salopards de nazis!


http://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah



stephandero 25/09/2009 15:09


Äitah!
Pour vous contacter, il faudrait pour cela que j'ai votre adresse email :)


UneestonienneàParis 25/09/2009 14:47


Bonjour et félicitation pour votre blog!
ouvez-vous me contacter par mail? Merci


francais en Estonie 20/07/2009 20:49

en effet !

Stephandero 20/07/2009 20:45

Effectivement, il vaut mieux être precis...merci! C'est d'ailleurs pour cette raison que les volontaires estoniens ont refusé de porter l'ecusson présenté par les allemands.